Aurélien Cologni : "Le groupe tricolore a toujours été ouvert"

Les 31 joueurs convoqués par le staff des Bleus étaient présents, mardi à Port-Barcarès, y compris les blessés, Jason Baitieri (pouce fracturé) et Charles Bouzinac (élongation aux adducteurs contractée l'avant-veille en Avignon lors de la finale de la Coupe Lord Derby). Un rassemblement qui a amplement satisfait Aurélien Cologni, à un peu plus de cinq mois du départ vers l'Australie.
Photo Neko Grouch
Photo Neko Grouch

D'aucuns se sont étonnés de ne pas trouver de joueurs de Carcassonne, dans la liste des 31…

D'abord, la sélection a été faite avant la finale de la Coupe de France, ensuite et surtout je répète ce que j'ai déjà dit, puisque même en français j'ai l'impression que certains ne me comprennent pas : le groupe tricolore a toujours été ouvert, ce n'est pas parce que l'on y rentre qu'on y reste forcément, et inversement ce n'est pas parce que l'on en sort qu'on ne peut pas prétendre ensuite y revenir.

Morgan Escaré, blessé de longue durée, peut-il espérer être rétabli à temps pour figurer dans la liste des 24 heureux élus pour la Coupe du monde ?

C'est difficile à dire, aujourd'hui. Nous sommes en effet à cinq mois et demi du départ. Sera-t-il physiquement prêt ? Et si tel était le cas, ne sera-t-il pas à court de compétition ?

Quelles autres options avez-vous, au poste d'arrière ?

Rien n'est fixe. Nous réfléchissons à diverses possibilités. Il y a Hakim Miloudi, Olivier Arnaud a été essayé à ce poste, mardi après-midi, lors de l'opposition avec les Dragons Catalans.

Justement, ce match d'entraînement vous a-t-il donné satisfaction ?

Absolument, et les joueurs des Dragons ont d'ailleurs affiché leur satisfaction, concernant la qualité de l'opposition fournie.

N'êtes-vous pas en proie à un casse-tête, concernant le poste de talonneur, avec notamment sur les rangs Eloi Pélissier, Guillaume Bonnet, Charles Bouzinac, John Boudebza ?

Là encore, nous réfléchissons à plusieurs options. Anthony Marion a joué à ce poste mardi face aux Dragons. La même réflexion s'impose chez les demis.

Comment avez-vous jugé le comportement des joueurs toulousains ?

Ils ont été très pros, appliqués et impliqués.

Les joueurs évoluant à l'étranger participeront-ils aux prochains stages ?

Je souhaite les voir au moins deux fois. Mais encore faut-il qu'ils soient libérés par leurs clubs respectifs. J'avais évoqué cet aspect avec Shaun Wane, lorsque Wigan était venu cet hiver à Brutus, et il m'avait semblé à l'écoute. Or, pour en avoir discuté mardi avec Romain Navarrete (ndlr : le pilier de Wigan, venu passer quelques jours en France, avait tenu à saluer ses coéquipiers en Bleu, avant de reprendre l'entraînement le lendemain), l'avis du coach des Warriors a peut-être évolué, compte tenu du nombre élevé de blessés que son club déplore.

Le prochain stage ne sera pas seulement consacré au rugby…

Avec le concours de la Société Nationale des Sauveteurs en Mer du Barcarès, les joueurs auront une approche de cette activité, que j'ai moi-même pratiqué dans le passé. Cela fait partie de la cohésion vers laquelle nous devons tendre, avec des efforts physiques importants à déployer, comme de l'aspect ludique de notre préparation.

On ne le souhaite évidemment pas, mais quelle décision prendrez-vous en cas de blessure d'un des 24, lors du match France - Jamaïque du 13 octobre à Perpignan, veille du départ pour l'Australie ?

Six joueurs, deux avants, deux trois-quarts, et deux demis, figureront sur une liste de réservistes, lesquels seront prévenus d'un éventuel appel à leurs services, lorsque nous communiquerons le nom des 24 sélectionnés, aux alentours du 20 septembre.

Et une fois sur place, comment se passera la préparation dans les quinze jours précédant le premier match face au Liban, le dimanche 29 octobre à Canberra ?

Nous avons un interlocuteur privilégié, sur place, en la personne de Tas Baitieri. Il connait nos besoins, concernant la qualité des structures que nous comptons utiliser. Et une possibilité existe avec le camp d'entraînement de Manly Sea Eagles, l'espace de la première semaine, avant de rallier ensuite Canberra.