C'est enfin le tour de Clermont, champion de France du suspense

FINALE / CLERMONT - TOULON (22-16).- Clermont a fini par faire taire les sarcasmes liés à ses multiples échecs en finale. Clermont n'est plus maudit Grâce surtout à une entame de feu. Sur une balle de récupération, sur un contre de 80 mètres initié par Damien Penaud qui devait offrir un caviar à son complice fidjien Raka, Clermont faisait un premier break. L'ASM à la botte aussi de Morgan Parra, a eu jusqu'à 13 points d'avance. Face à un Toulon qui tenta de passer en force. En vain. Jusqu'à une supériorité numérique due à une vilaine cravate de Fritz Lee sur O'Connor. Toulon en profita pour se relancer sur un essai en bout de ligne de Tuisova. Mais ce fut insuffisant, gâchant aussi une balle de match à la sirène.
Ils l'ont fait à l'image d'un Morgan Parra impérial, au pied ! Les Clermontois ont enfin remporté leur deuxième Bouclier de Brennus après avoir dominé les Toulonnais au Stade de France (22-16). Ils ont réussi à vaincre le signe indien en battant pour la première fois les Varois dans une finale. L'ASM est récompensée avec une saison aboutie. Les Jaunards patientaient depuis 2010 !

SAINT-DENIS (Stade de France).- Clermont - Toulon : 22-16  (en cours).
16-10 (mi-temps).
 
 
Temps estival, sans vent, belle pelouse, grosse affluence 79 776 spectateurs.
 
Pour Clermont : essai Raka (10e), transformation Parra (10e), 5  pénalités Parra (5e, 21e, 40, 48e, 74e).
 
Carton jaune : Fritz Lee (vilaine cravate sur l'arrière Toulonnais O'Connor, 34e).
 
Pour Toulon : essai Tuisova (35e), transformation Belleau (35e), 3 pénalités Belleau (31e, 44e), Trinh-Duc (70e)..
 
ÉVOLUTION DU SCORE : 3-0,10-0, 13-0, 13-3, 13-10, 16-10 mi-temps - 16-13, 19-13, 19-16, 22-16 (score final).
 
LES ÉQUIPES
 
CLERMONT : Abendanon - Strettle, Penaud, Lamerat, Raka - (o) Lopez, (m) Parra - Cancoriet, Lee, Chouly (cap) - Timani, Iturria - Zirakashvili, Kayser, Chaume.
 
Sont entrés en cours de match : Ulugia, Falgou, Jedrasiak, Yato , Radosavljevic , Fernandez, Rougerie et Jarvis.
 
TOULON : O'Connor- Tuisova, Bastareaud, Ma'a Nonu, Mitchell - (o) Belleau, (m) Tillous-Borde - Gill, Vermeulen (cap), Smith - Taofifenua, Kruger - Van der Merwe, Guirado, Delboulbes.
 
Sont entrés en cours de match : Etrillard, Chiocci, Gorgodze, Fernandez Lobbe, Escande, Giteau, Trinh-Duc et Chilachava.
 
LES ARBITRES
 
Arbitre central : Romain Poite.
Juges de touche : Charabas (CBL) et Chalon (LIM).
Vidéo : Garces (Béarn).
 
* LE MATCH
 
Clermont au sommet de son Everest
en ayant toujours fait la course en tête
 
Après 2010, après son dernier sacre face à l'USAP, il y a sept ans, Clermont remporte son deuxième titre de champion de France, un Bouclier de Brennus mérité sur l'ensemble de la saison et le jeu produit depuis août dernier.
Finaliste malheureux de la Coupe d'Europe face aux Saracens (28-17) à Edimbourg, il y a un mois, les Auvergnats se sont rattrapés au Stade de France devant 79 771 spectateurs en s'imposant 22-16 au terme d'une finale de Top 14 très enlevée, ouverte et parfois spectaculaire qui a vu Toulon échapper la balle de match après la sirène derrière pénaltouche et une série de percussions.
 
L'ASM avait démarré sa finale, pied au plancher, se ruant  dès le coup d'envoi à l'assaut de l'en-but varois.
Parra trouvait le chemin des poteaux (6e, 3-0) pour ouvrir le score et paradoxalement c'est sur un temps fort du RCT dans le camp auvergnat que Clermont prit l'ascendant, Damien Penaud récupérant un ballon égaré par les Toulonnais pour contre-attaquer, percer, slalomer sur cinquante mètres et servir son ailier Alivereti Raka qui, d'un crochet, effaça l'ultime défenseur varois pour planter un contre assassin (10e, 10-0), bonifié par un deuxième but de Parra (13-0, 22e).
 
A cet instant, l'ASM faisait cavalier seul, irrésistible, dominateur en mêlée aussi et il fallait une interception de Nonu (29e) pour sauver le RCT d'une marée jaune. Puis survenait le premier tournant du match, le carton jaune reçu par Lee (35e) qui relançait alors Toulon, dans le sillage de Ma'a Nonu, véritable leader d'attaque.
Multipliant les attaques, les Varois en supériorité numérique trouvaient la faille en bout de ligne par le puissant Josua Tuisova (37e) qui marquait en coin malgré trois défenseurs, essai transformé par Belleau du bord de touche. Revenu à 13-10, Toulon subissait la loi auvergnate en mêlée, sanctionné par un troisième but de Parra (40e, 16-10) juste avant la pause.
 


En seconde période, Nonu trouvait la faille (42e) mais sa percée n'était pas suivie d'effet, grosse occasion varoise qui allait se reproduire à la 52e. Sans succès.
Dans les échanges de coups de pied d'occupation, Clermont se montrait le plus opportuniste (47e, 64e), Parra ajoutant son quatrième but (48e, 19-13) tandis que Belleau en manquait deux (53e, 60e), touchant à chaque fois les montants, autant de temps forts varois mal récompensés. Clermont, pourtant un temps dominé territorialement, terminait cette finale comme il l'avait commencé : en trombe.
Et Parra parachevait le succès des siens par un cinquième et ultime but de pénalité (74e, 22-16). Quel suspense pour une somptueuse finale.
 
* LE FAIT DU MATCH
 
Clermont, c'est le pied et la force
de frappe qui force le respect
 
Clermont nous aura épate jusqu'au bout. On n'attendait pas les Auvergnats aussi forts en mêlée et ils ont mis plusieurs fois les Toulonnais, dont c'est d'habitude le point fort, à la peine.
Les Clermontois ont aussi été excellents dans le jeu au sol, ralentissant les sorties de balle toulonnaises, ce qui leur permis de se replacer en défense. Ils ont encore grappillé plusieurs ballons importants sur les temps forts adverses. Clairement, deux zones fortes qui ont mis Clermont en confiance.
 
Clermont, c'est aussi et surtout le pied. Le gauche de Morgan Parracn'auravjamais tremblé. 100% de réussite au pied du buteur clermontois Morgan Parra (5 buts, 1 transformation) dans les tirs au but. Ne cherchez pas, c'est l'homme de la finale comme Brook James en 2010.
A contrario, le Toulonnais Anthony Belleau n'a tourné qu'à 60 %, trouvant par deux fois les montants.Les poteaux en tremblent encore. La chance a fui cette fois Toulon. D.J.
 
 
* LES TOPS
 
Morgan Parra : quel match ! Lel demi de mêlée clermontois est un immense joueur. Un immense meneur d’hommes. Un immense neuf d’expérience. Et un buteur toujours régulier. Ce dimanche soir au Stade de France, le demi de mêlée (28 ans) formé à Bourgoin-Jallieu en Isère a laissé son équipe devant au score grâce à son sans faute face aux perches.
Cinq pénalités et une transformation (17 points) et aucun échec. C’est aussi lui qui gratte un ballon ô combien précieux dans un ruck à la 73e. Avant de passer la pénalité pour faire le break (22-13). Un récital. Chapeau monsieur Parra qui avait déjà été l'homme du sacre de 2010.
 
La défense clermontoise : il en fallait du courage, de la patience et de la lucidité pour défendre cette ligne d’essai, dans les dernières secondes de la rencontre alors qu’un essai varois aurait changé le cours de la finale. Mais les Clermontois ont tenu.
Ils voulaient tellement ce deuxième Bouclier de Brennus de leur histoire qu’ils n’ont pas fait de faute et ont multiplié les placages très bas sur les appuis pour ne concéder aucun centimètre. Jusqu’à ce ballon gratté par les avants auvergnats, obligeant l’arbitre Romain Poite à délivrer tout un peuple.  
 
Ma’a Nonu : le centre des All Blacks a cette étrange faculté à choisir ces matchs. Mais qu’il le fait bien ! Le Néo-Zélandais évolue à des niveaux stratosphériques dès que les grands rendez-vous se présentent à lui.
Absent de la demi-finale pour des raisons personnelles, sa présence en finale était encore incertaine mardi du côté de la Rade. Mais le centre de 35 ans a tenu sa place ce dimanche au centre du terrain.
Livrant une prestation de grande qualité. Offensivement, ses courses tranchantes et ses raffuts ont mis à terre une quinzaine de défenseurs. Mais il n’a pas été récompensé…
 
* LES FLOPS
 
Marcel Van der Merwe : le pilier droit toulonnais a vécu une soirée compliquée. Pénalisé en mêlée (5e), coupable d’un sale en-avant à deux mètres de l’en-but clermontois sur un temps fort du RCT (52e), le Sud-Africain a livré une finale à l’exact opposé de son excellente demie à Marseille face à La Rochelle. Il a d’ailleurs été remplacé assez tôt par le Géorgien Levan Chilachava (58e).
 
Les échecs toulonnais au pied : en demi-finale, le jeune Anthony Belleau (21 ans) avait envoyé son équipe en finale en passant un drop à la dernière seconde. Face à Clermont, l’ouvreur toulonnais a tapé deux fois le poteau sur des pénalités (53e, 60e). Malheureux. Cela aurait probablement tout changé au niveau de la physionomie des 20 dernières minutes…
 
Fritz Lee : carton jaune ? carton rouge ? Pour cette cravate sur James O’Connor (35e), le troisième ligne centre de l’ASMCA Fritz Lee a finalement été exclu dix minutes par l’arbitre après appel à la vidéo.
Une exclusion temporaire qui a coûté un essai à ses partenaires. Mais qui aurait coûté bien plus cher si le carton avait été d’une autre couleur, ce qui au passage n’aurait pas été un énorme scandale.