Jean-Marc Garcia : "Ferriol et Mounis sont impresssionnants"

L'ancien centre de Sheffield de 1994 à 1997 est l'un des invités de marque du jubilé de Jérôme Guisset, samedi après-midi au stade Gilbert-Brutus

L'entraîneur des cadets du XIII Catalan, Jean-Marc Garcia, un des plus riches palmarès du rugby à XIII français, plonge dans son armoire aux souvenirs, à la veille de rechausser exceptionnellement ses crampons, à l'occasion du jubilé de Jérôme Guisset. Bardé de récompenses avec Saint-Estève XIII (quatre titres de champion, autant de victoires en Coupe de France), international à 30 reprises, l'ancien talentueux ailier, centre ou demi d'ouverture, passé avec succès par Sheffield en Super League, et Lézignan, a bien des choses à raconter.
A 40 ans, le chef de cuisine du lycée Arago, à Perpignan, passe à table…

 
Quel souvenir gardes-tu de tes trois saisons passées à Sheffield Eagles ?
J'ai beaucoup appris de trois entraîneurs différents, Gary Hetherington (ndlrl : actuel directeur exécutif de Leeds Rhinos), Phil Larder et John Kear, comme au contact de joueurs tels Keith Senior, Paul Broadbent ou Mark Aston. Et le moment le plus fort a été notre victoire sur Perth Reds, en championnat du monde des clubs.

Qui était ton coéquipier modèle ?
Paul Broadbent, un gros travailleur, était d'un précieux conseil. Il me disait toujours : "quand tu n'es pas en confiance, pars travailler".

Et ton adversaire le plus redoutable ?
Le "camion noir" Va'aiga Tuigamala.

Ton meilleur souvenir en bleu ?
Le match null obtenu à Palmerston, face à la Nouvelle-Zélande de Richie Blackmore, Stephen Kearney, Matthew Ridge, Henry Paul, Daryl Halligan, Gene Ngamu, Gary Freeman, le 16 juin 1995, au sein d'une équipe entraînée par Ivan Grésèque (ndlrl : et au sein de laquelle figuraient notamment Fred Banquet, Jacques Pech, Patrick Torreilles, Fred Teixido, Pascal Jampy, Fred Sana, Claude Sirvent, Gaël Tallec, Arnaud Dulac, qu'il retrouvera samedi au stade Gilbert-Brutus).

 
Et au FC Lézignan ?
J'y ai joué deux ans, dans une belle ambiance, car les joueurs étaient soudés entre eux et la mentalité excellente.

Quel joueur des Dragons t'impressionne le plus ?
Il y en a deux : David Ferriol, et je trouve dommage qu'il ne soit pas resté à Sheffield, car il aurait connu la même carrière qu'aujourd'hui, mais longtemps avant, et Greg Mounis, qui me surprend agréablement car plus jeune rien ne le prédestinait à occuper plus tard un rôle de deuxième ou troisième ligne.

Joue-t-on toujours au rugby dans la famille Garcia ?

Avec mon épouse, Catherine, nous avons eu Andreis, 13 ans, qui joue au tennis, et des jumeaux, Anaelle et Joris, 3 ans. J'espère que le prochain jouera au rugby (rires).