Le cas Albert

DRAGONS – WIGAN (CE SAMEDI 18H STADE BRUTUS).- Le jeune prodige de 19 ans et deux jours, qui disputera pour l'occasion son 15è match de Super League, a déjà été associé à Todd Carney, Tony Gigot et Richie Myler, mais n’a encore jamais formé la paire de demis avec Luke Walsh. La « première », très attendue, est pour ce samedi. Explications et interview.
Photo Neko Grouch
Photo Neko Grouch

Pour espérer progresser, il faut jouer. Or, Lucas Albert, grand espoir français au poste de demi d’ouverture, joue peu. Du moins en Super League. Auteur cette saison de plusieurs matchs avec les U19, le joueur issu de la MJC Carcassonne n’en a disputé qu’un avec les pros, contre Leeds. Et alors que la Coupe du monde arrive à grands pas, il a besoin d’emmagasiner de l’expérience au plus haut niveau, pour espérer convaincre le sélectionneur Aurélien Cologni de l’inclure dans la liste des 24, à la mi-octobre.
En attendant que son cas soit résolu, dans un sens ou dans l’autre, il va tenter samedi de marquer des points. D’abord pour les Dragons.
 
Comment s’est passée l’association avec Richie Myler, à deux reprises ? (*)
« Je n’étais pas spécialement à l’aise la première fois, en raison d’un manque de communication entre nous. Cette année, contre Leeds, il y a eu du mieux ».
 
Et avec Tony Gigot ?
« C’était une période où la charnière changeait souvent, mais lui parlait français, c’est un avantage. Et il connait bien le poste ».
 
Avec Todd Carney, enfin ?
« C’est à ses côtés que je me suis le plus régalé, car c’est un leader, et il me rassurait ».
 
Un mot sur tes compagnons de charnière en U19 ?
« En 2016, je jouais avec Rémy Pallarès, un bon élément devant travailler ses choix de jeu. Cette saison, j’ai eu comme partenaire en demis Arthur Mourgue, bon attaquant, avec beaucoup de gaz, et sachant prendre le jeu à son compte, et Thibault Franck, un garçon plus réservé mais effectuant les bons choix dès lors qu’il est placé dans des conditions favorables ».
 
Quel souvenir conserves-tu de ta brève expérience à l’arrière ?
« Je me sentais à l’aise en attaque, car je sentais les « coups », mais moins en défense. Car quand cela joue vite en face, c’est compliqué de surveiller à la fois plusieurs adversaires ».
 
Te vois-tu talonneur, un jour ?
« Remplaçant au coup d’envoi, le 26 mai dernier à Salford (ndlr : défaite 12-50), je suis rentré au talon, avec vingt minutes de temps de jeu. Les efforts à produire sont différents de ceux demandés à un demi. Je n’aime pas trop, car on n’a pas entièrement le contrôle du jeu ».
 
Tu aimerais avoir la vitesse de quel demi de Super League ?
« Celle de Ben Roberts, de Castleford ».
 
Et celle d’un demi de NRL ?
« Shaun Johnson, de NZ Warriors ».
 
Quel demi de Super League possède la plus belle vision du jeu ?
« George Williams, de Wigan ».
 
De NRL ?
« Mitchell Pearce, de Sydney Roosters ».
 
Comment espères-tu te situer, samedi, par rapport à Luke Walsh ?
« Il va amener, parler. Je ne m’inquiète pas car nous possédons chacun une bonne attaque de la ligne d’avantage ».
 
Quels conseils t’a donné Steve McNamara, pour ce match ?
« De me tenir prêt, de regarder avec attention le nouveau plan de jeu de l’équipe, lequel consiste à poser moins de questions en attaque que celui proposé précédemment par Laurent Frayssinous. C’est plus axé sur la simplicité ».
 
Quelle idée te fais-tu de Wigan, que tu as affronté en 2016 ?
« C’est toujours une grosse équipe, très forte devant, avec des joueurs puissants, qui travaillent beaucoup en match et ne lâchent jamais rien ».
 
Quel est le meilleur de tes dix matchs de la Super League 2016 ?
« Contre St Helens, à Brutus ».
 
Quel est le principal atout du demi de Wigan, George Williams ?
« La manière qu’il a de courir avec le ballon ».
 
Et de son coéquipier à la charnière, Thomas Leuluai ?
« Sa défense ».
 
Le fait d’avoir peu joué en Super League, cette année, constitue-t-il un handicap dans la perspective de la Coupe du monde ?
« Je me dis que mes chances d’y participer sont amoindries, pour cette raison. Mais si j’enchaîne plusieurs rencontres, cela peut m’aider à faire partie de la liste ».
 
(*) Lucas Albert a disputé dix matchs de Super League comme demi, en 2016, un seul cette année :

- Le 28 mai 2016 à Brutus contre Hull KR associé à Todd Carney (victoire 34-16, un essai)
- Le 3 juin 2016 à Leeds associé à Todd Carney (victoire 24-12)
- Le 11 juin 2016 à Brutus contre St Helens associé à Todd Carney (victoire 33-16, un essai)
- Le 17 juin 2016 à Warrington associé à Todd Carney (défaite 18-20)
- Le 2 juillet 2016 à Brutus contre Wigan associé à Todd Carney (défaite 6-26)
- Le 16 juillet 2016 à Brutus contre Wakefield associé à Tony Gigot (défaite 28-30)
- Le 24 juillet 2016 à Widnes associé à Todd Carney (défaite 4-32)
- Le 12 août 2016 (Super 8s) à St Helens associé à Todd Carney (défaite 16-39)
- Le 18 août 2016 (Super 8s) à Hull FC associé à Tony Gigot (défaite 0-44)
- Le 23 septembre 2016 (Super 8s) à Wigan associé à Richie Myler (défaite 24-48, un essai)
- Le 6 mai 2017 à Brutus contre Leeds associé à Richie Myler (défaite 24-30)