Les Bleus abattus n'y arrivent plus

TEST - MATCH / FRANCE - AFRIQUE DU SUD (17-18),.- C'est encore raté. Un essai d'Anthony Belleau, puis un second dans le money-time de Batiste Serin, deux transformations, une pénalité : le dix des Bleus a signé un 12/17 nsuffisant face à des Springboks pas géniaux mais plus puissants et pragmatiques que les Bleus qui ont trop gâché. Quii ont payé cash le carton jaune qu'à récolté Batiste Serin, à l'heure de jeu.
Anthony Belleau, le Toulonnais des Bleus s'arrache pour trouver la terre promise.

SAINT-DENIS (Stade de France).-France - Afrique du Sud : 17-18.

7-8 (mi-temps).

Temps humide, pluie par intermittence, belle pelouse, moyenne affluence : environ 58 000 spectateurs

Match arbitré par Nigel Owens (Pays de Galles) assisté à la touche par MMBarnes et Foley (Angleterre) - Arbitrage vidéo : M. kitt (Angleterre).

Pour la France : 2 essais Belleau (28e), Serin (76e), 2 transformation Belleau (28e), 76e), une pénalité Belleau (48e).

Carton jaune : Serin (58e, antiijeu).

Pour l'Afrique du Sud : 2 essais Leyds (8e), Kriel (64e), une transformation Pillard (64e), 2 pénalités Pollard (18e, 58e).

ÉVOLUTION DU SCORE : 0-5, 0-8, 7-8 (mi-temps) - 10-8, 10-11. 10-18, 17-18 (score final).

LES ÉQUIPES

FRANCE : Ducuing – Huget, Doumayrou, Bastareaud, Thomas – (o) Belleau, (m) Dupont – Gourdon, Picamoles, Cancoriet – Vahaamahina, Gabrillagues – Slimani, Guirado, Poirot.

Sont entrés en cours de match : S. Taofifenua, Maynadier, Kotze, Jedrasiak, Jelonch, Serin, Trinh-Duc, Penaud.

AFRIQUE DU SUD : Coetzee - Leyds, Kriel, Venter, Skosan - (o) Pollard, (m) Cronje- Vermeulen, Kolisi, Louw, - De Jager, Etzebeth (c) - Louw, Marx, Mtawarira.


 
Sont entrés en cours de match : Mbonambi, Kitshoff, Nyakane, Mostert, Du Preez, Paige, Jantjies, De Allende.

* LE MATCH

Les Bleus tombent dans la médiocrité

Ils doivent faire profil bas, c'est une évidence. Après un test-match insipide, parfois ennuyeux. Les Bleus du coup, concèdent leur cinquième défaite de rang (17-18). Désespérants, ils sont plus que jamais dans une impasse.

Après leur première période catastrophique face aux All Blacks samedi dernier (18-38), les Bleus s'étaient promis de ne pas manquer leur entame devant les Springboks. On a bien vu une longue séquence dans le camp adverse dans les premières secondes mais le ballon a été perdu à quelques mètres de la ligne et la suite s'est avérée plus compliquée.
Sur leur première offensive, les Boks aplatissaient par leur ailier Leyds (0-5, 7e)  Dans les trente premières minutes, les Bleus ont bégayé leur rugby et les premiers sifflets sont descendus des tribunes dès la 15e minute. Pollard sanctionnait un plaquage haut de Doumayrou (0-8, 18e) au milieu d'un festival d'approximations.


Heureusement, l'Afrique du Sud multipliait aussi les erreurs. Il a fallu attendre la 27e minute pour qu'un Stade de France loin d'être rempli se réchauffe un peu. Une chandelle au milieu du terrain, un rebond favorable, une passe allongée de Guirado, les jambes de Thomas et sur la séquence suivante, Belleau déposait Kriel pour aplatir sous les poteaux (7-8, 27e). L'ouvreur toulonnais manquait ensuite un but (31e). En fin de première période, Picamoles était pénalisé deux fois, mais Pollard ratait ses buts (7-8 à la pause).


Plus féroces au retour des vestiaires, les Bleus prenaient l'avantage pour la première fois sur un but de Belleau (10-8, 47e). Mais replongeaient dans leurs travers, à l'image de cette passe de Huget directement en touche (48e). Pollard avait beau enchaîner les échecs au pied, il arrivait quand même à passer trois points à l'heure de jeu (10-11, 59e), pénalité provoquée par une faute d'antijeu de Serin qui écopait d'un carton jaune alors qu'il venait d'entrer en jeu (58e).



A 14 et sans demi de mêlée, les Bleus subissaient, et après plusieurs visionnages de la vidéo, Nigel Owens accordait un essai à Jesse Kriel, estimant que la dernière passe d'Etzebeth n'était pas en avant (10-18, 62e). Le XV de France avait l'occasion de remettre la pression sur les Springboks mais perdait encore une touche dans les 22 mètres adverses (66e). Rebelote deux minutes plus tard avec un ballon gardé au sol à 30 mètres de la ligne. Anthony Belleau ratait un but de pénalité en coin (73e) mais ses coéquipiers arrivaient à marquer un essai par Serin, transformé par Belleau (17-18, 78e).

Mais il était trop tard. Les Sud-Africains géraient la fin du match pour mettre fin à une série de cinq matches sans victoire (2 nuls, 3 défaites). Les Bleus en sont eux à cinq défaites consécutives (six si on rajoute le match des réserves mardi à Lyon face à la Nouvelle-Zélande), ce qui ne lui était plus arrivé depuis 1982. L'heure est grave, très grave, alors qu'il reste un match dans cette tournée, dans une semaine face au Japon pour sauver les apparences.

* LE FAIT DU MATCH

Les Bleus ont trop gâché

Les chiffres vont donner le tournis au staff tricolore. Signe des approximations répétées du XV de France, les Bleus ont concédé 18 turnovers (contre 9 pour les Sud-Africains). Impossible dans ces conditions de mettre un minimum de continuité dans le jeu. Surtout quand la touche est également défaillante, avec 3 lancers perdus (sur 11).

Si les Bleus sont restés dans le match jusqu'à l'heure de jeu, ils le doivent en partie grâce à l'incroyable maladresse d'Handre Pollard au pied. L'ouvreur sud-africain, titulaire pour la première fois depuis la Coupe du monde 2015, a vendangé 11 points au pied. Il a terminé avec un taux de réussite de 43%, contre 60% pour Belleau.

Le tournant du match se situa toutefois peu avant l'heure de jeu. Entré en effet. en jeu à la 56e minute, Baptiste Serin a pris un carton jaune deux minutes plus tard. Le demi de mêlée était coupable d'avoir retenu le talonneur Karl Marx (auteur par ailleurs d'un énorme match) alors qu'il allait être servi pour filer à l'essai. Nigel Owens, l'arbitre ce cette rencontre, n'accordait pas d'essai de pénalité mais Pollard remettait les Sud-Africains devant au pied (11-10).

En supériorité numérique, les Springboks ont inscrit leur deuxième essai du match par Kriel (18-10, 62e) et s'envolaient définitivement au score. Et quand on pense que Baptiste Serin trouva fortune dans le money-time. Quel gâchis ! Il y avait vraiment la place pour battre des Springboks qui soufflèrent comme les Bleus, le show... et le froid.

D.J.