Les Bleus défient les Springboks avec une épée de Damoclès

TEST - MATCH / FRANCE - AFRIQUE DU SUD, CE SAMEDI 21H AU STADE DE FRANCE .-Les Bleus affrontent leurs doubles. Battus en Irlande la semaine dernière et sabrés par leurs compatriotes, les Springboks se trouvent dans une difficile situation similaires à celle que connaissent les Bleus. La faute à un premier test raté et à une performance majuscule de leurs réservistes à Lyon.des têtes tomberont en cas d'échec.
Les Bleus - Johann Huguet, Francois Trinh-Duc ou encore Louis Picamoles en tête - jouent gros,samedi soir face aux Springboks

1. Les Bleus plutôt mal cotés
 
Sous haute pression, ils passent mal. Pour tout dire les Bleus n'ont plus la cote chez les bookmakers. Guilhem Guirado et ses partenaires seraient cotés à dix contre un. La faute à qui ? La dernière défaite tricolore fait tache et a précipité le groupe France dans un état d’agitation plutôt démonstratif.
Au lendemain de la débâcle de leurs hommes, Guy Novès et Yannick Bru pointaient ainsi du doigt leurs leaders: Guilhem Guirado, coupable d’une grossière erreur défensive sur l’essai de Dane Coles; Louis Picamoles, étrangement absent de ce qui devait incarner pour lui le match de l’année; Yoann Huget, emprunté balle en mains et dépourvu d’agressivité en défense. "Des joueurs majeurs ont entraîné les autres dans le ravin", osait même Yannick Bru au lendemain du test face aux champions du monde. Le message est-il passé ?
Les cadres présumés de ce XV de France vont-ils enfin montrer qu’ils sont des champions qui gagnent et non de mesquins collectionneurs de capes ?
 
2 .Les Bleus et ses cadres sous la menace
 
Quoi qu’il advienne, les vaincus du 11 novembre (18-38) ont tout intérêt à changer de braquet dans la mesure où ils voudraient poursuivre leur aventure sous l’ère Novès.
Qui l’eut cru? Pour le sélectionneur national, la performance de France A face à la réserve des All Blacks (23-28) fut en fin de compte une belle aubaine et permet aujourd’hui au sélectionneur national de mettre ses présumés titulaires sous pression: en cas de faux pas contre les Boks, Huget serait sous la menace immédiate de Lacroix. Belleau? Peu convaincant aux yeux du staff pour sa première, il céderait, en cas de nouveau faux pas, sa place à Trinh-Duc pour le dernier acte de la tournée d’automne.
Si Gourdon et Picamoles ne haussaient pas le ton, ils se retrouveraient alors en ballottage défavorable avec Macalou, impressionnant au Groupama Stadium de Lyon. Depuis mercredi, le message martelé aux vaincus du 11novembre est clair: si les sans-grade de Lyon ont prouvé mardi soir que le salut français ne pouvait passer que par le jeu, le risque et la passe de plus, une animation minimaliste et calquée sur celle du premier test ferait automatiquement tomber des têtes.
 
3.Les Bleus face à des Springboks aux deux visages
 
Et les Sud-Africains, sont-ils mieux lotis ? Pas vraiment...Le Springbok présente deux visages. Il y a d'abord le Springbok ordinaire: buste droit, tête haute, muscles saillants et capable de coller, sur une seule ruade, 109 points en trois matchs au XV de France.
Et puis il y a le Springbok «véner», celui que croiseront les Bleus samedi soir et qui vient de ramasser 38 points en Irlande avant de voir le conseil de World Rugby piétiner les recommandations d’un cabinet d’experts pour offrir le Mondial 2023 à la France.
On fait fausse route, vous dites? Au vu de l’enthousiasme qu’affichaient les camarades d’Eben Etzebeth lorsqu’ils parlaient de la possibilité d’un Mondial en Afrique du Sud, on craint que non. Et on a bien peur, pour être honnête, que ce coup du sort électoral donne même aux Springboks le supplément d’âme dont ils avaient cruellement besoin après une si longue saison…
De fait, la victoire du camp Laporte offre un merveilleux prélude à ce test-match dont on avait longtemps craint qu’il ne se déroule devant 30000 spectateurs payants et, soyons francs, dans une relative indifférence.
Pour le XV de France de Guy Novès, c’est aussi l’opportunité de démontrer qu’il peut s’élever au niveau de maestria dont ont fait preuve, en coulisses, les bras droits du président de la fédé pour faire basculer dans leur camp les derniers indécis du conseil de World Rugby. Parce qu’un Mondial, c’est bien. Mais un Mondial que seraient susceptibles de remporter les Bleus, c’est mieux. Alors jouez, sacré bleu ! Bernard Laporte vous a montré la voie...
 
D.J.
 
SAINT-DENIS (Stade de France).-Test-Match entre la France et l'Afrique du Sud, coup d'envoi ce samedi à 21 heures, match retransmis en direct sur France Télévisions.
Match arbitré par Nigel Owens (Pays de Galles) assisté à la touche par MMBarnes et Foley (Angleterre) - Arbitrage vidéo : M. kitt (Angleterre).
 
LES ÉQUIPES
 
FRANCE : Ducuing – Huget, Doumayrou, Bastareaud, Thomas – (o) Belleau, (m) Dupont – Gourdon, Picamoles, Cancoriet – Vahaamahina, Gabrillagues – Slimani, Guirado, Poirot.
Sur le banc : S. Taofifenua, Maynadier, Kotze, Jedrasiak, Jelonch, Serin, Trinh-Duc, Penaud.
 
AFRIQUE DU SUD : Coetzee - Leyds, Kriel, Venter, Skosan - (o) Pollard, (m) Cronje- Vermeulen, Kolisi, Louw, - De Jager, Etzebeth (c) - Louw, Marx, Mtawarira.

Sur le banc : Mbonambi, Kitshoff, Nyakane, Mostert, Du Preez, Paige, Jantjies, De Allende.