GP du Brésil, Nico Rosberg s'impose et maintient le suspense

Les deux pilotes Mercedes ne se sont pas lâchés, dimanche lors de la 18e et avant-dernière manche de la saison. Mais c'est finalement le pilote allemand qui s'est imposé.
Le GP du Brésil a été très disputé
Mercedes AMG

Nico Rosberg (Mercedes), parti en pole position, a remporté le Grand Prix du Brésil, 18e et avant-dernière manche de la saison 2014, avec une seconde et demie d'avance sur son coéquipier britannique Lewis Hamilton. Rosberg a signé ainsi sa 5e victoire de l'année, contre 10 cette saison pour Hamilton, et revient à 17 points de son dernier rival pour le titre avant la grande finale à Abou Dhabi, le 23 novembre, qui rapportera le double de points aux dix premiers.

Hamilton, parti à la faute en toute fin de deuxième relais alors qu'il attaquait pendant que son équipier passait par les stands, le Britannique a livré un troisième relais de grande facture pour revenir au contact mais n'a jamais eu l'occasion de passer lors du quatrième et dernier. Ferrari offrait une autre bataille entre pilotes de la même firme. Une passe d'armes qui tournait finalement à l'avantage de Fernando Alonso sur Kimi Räikkönen. Jenson Button se classe quatrième devant Sebastian Vettel.
Du coup, le suspense est intact pour le titre mondial des pilotes: si Rosberg gagne encore à Abou Dhabi, et prend 50 points de plus, il faudra qu'Hamilton termine 2e (36 points) pour être champion. S'il termine 3e (30 points), Rosberg sera sacré. Le podium a été complété par le héros local, le Brésilien Felipe Massa (Williams-Mercedes), parti sur la deuxième ligne et auteur d'un petit exploit, devant son public: malgré une pénalité de cinq secondes, l'ex-pilote Ferrari a terminé devant quatre champions du monde classés de la 4e à la 7e place.

Jenson Button (McLaren), Sebastian Vettel (Red Bull), Fernando Alonso et Kimi Räikkönen (Ferrari) ont terminé groupés, à plus de 48 secondes du vainqueur, au terme d'une bagarre de tous les instants. Seulement deux abandons, avec une rupture de la suspension avant-gauche pour Daniel Ricciardo et une immobilisation au beau milieu de la piste d'Interlagos pour Romain Grosjean. A cause du forfait des deux Marussia et des deux Caterham, et à cause d'un problème de dernière minute sur la Sauber d'Adrian Sutil, qui l'a obligé à partir des stands, il n'y avait que 17 voitures sur la grille de départ, comme à Austin dimanche dernier. 17, comme le numéro de course de Jules Bianchi, le pilote français toujours hospitalisé dans un état «critique mais stable» au Japon, un mois après son dramatique accident sur le circuit de Suzuka.

Ils ont déclaré :
Vainqueur - Nico Rosberg, Mercedes
: "Ce fut un week-end fantastique et je me suis senti très à l'aise tout au long du week-end. Je devais tirer des leçons d'Austin, qui fut une grande déception, et je pense avoir réussi. J'ai pu contrôler le rythme un peu mieux et je n'ai pas laissé Lewis (Hamilton) s'approcher trop près. Il a très bien piloté, il était toujours là pour me mettre la pression. Lorsqu'il est parti en tête-à-queue, j'ai pu me détendre un peu et conserver mes pneumatiques en prévision du dernier relais. Cela a fonctionné à la perfection et ce fut une bonne journée, avec un autre doublé pour l'équipe. Je suis également heureux pour Felipe (Massa), qui est monté sur le podium de sa course à domicile. Les fans brésiliens ont été si merveilleux envers nous tout au long du week-end et ce fut une bonne journée pour eux aussi. Maintenant, une grande finale nous attend à Abou Dabi. Je crois toujours à 100 % que je peux réussir, mais bien entendu, il faudra que Felipe ou Valtteri (Bottas), ou encore Lewis lui-même, m'aident."
2- Lewis Hamilton, Mercedes : "Bien entendu, vous êtes toujours déçu lorsque vous commettez une erreur, et c'est ce que j'ai fait aujourd'hui. Cela dit, je me sentais très à l'aise en piste. La voiture était compétitive, mon rythme était bon, je n'ai pas baissé les bras, j'ai continué à pousser et j'ai regagné le temps perdu ; c'était le plus important pour moi. Habituellement, lorsque l'équipe me dit de foncer, cela signifie que je vais rentrer aux stands à la fin de ce tour. Mais je suis resté en piste un tour de plus et cela m'a pris par surprise ; mes pneus arrière étaient détruits car j'avais poussé si fort. Malgré cela, le blocage des pneus arrière demeure mon erreur et cela m'a ultimement coûté la victoire. Nico (Rosberg) a mené une excellente course ; il s'est bien défendu et il n'a pas commis d'erreurs. Mais il est clair que j'avais le rythme nécessaire. Cependant, ce n'est pas grave, c'est la course. J'ai perdu des points bien sûr, alors c'est décevant, mais c'est un excellent résultat pour l'équipe car ce doublé brise un record (11 doublés en une saison ; McLaren a réussi 10 doublés en 1988, ndlr) et j'ai vraiment aimé cette course. La voiture est tout simplement fantastique, elle est la meilleure que j'ai conduite, alors je dois un grand merci à l'équipe pour tout son dur labeur. Je vais pousser aussi fort à Abou Dabi et j'espère que nous aurons droit à une autre course aussi bonne que celle-ci."

3e - Felipe Massa, Williams : "Ce ne fut pas une course facile mais quel résultat fantastique pour moi, ma famille et l'équipe d'avoir terminé sur mon podium à domicile devant mes fans. L'énergie provenant de la foule était incroyable et elle m'a vraiment encouragé. La voiture avait un bon rythme aujourd'hui et cela m'a permis de conserver la 3e place malgré des problèmes survenus pendant mes deux arrêts. Lors du premier, je me suis retrouvé avec une pénalité d'arrêt car j'ai dépassé la limite permise après avoir appuyé deux fois sur le bouton du limiteur par erreur. Lors du deuxième, je me suis arrêté devant le mauvais stand. Nous ne sommes pas les voisins de McLaren habituellement et dans cette luminosité, leurs combinaisons semblaient être de la même couleur que les nôtres et je me suis trompé. Mais ces problèmes n'ont pas réussi à m'éloigner du podium car nous avions une bonne stratégie agressive, ainsi qu'une très bonne voiture."

4e - Jenson Button, McLaren : "C'était très difficile de jauger la course aujourd'hui. J'ai poussé à fond pendant mon premier relais sur la gomme medium, question de maintenir l'écart derrière Valtteri (Bottas). J'ai ainsi détruit mes pneumatiques arrière, mais mon raisonnement était que si je parvenais à rester à l'intérieur d'une seconde et à utiliser mon DRS, je pourrais distancer les pilotes qui me poursuivaient. Cela valait la peine d'essayer car le plan a fonctionné, mais je devais lever le pied pendant le relais suivant et prendre soin de mes pneus. Tout se déroulait bien jusqu'au moment de mon dernier arrêt ; il y a eu un petit malentendu et je me suis retrouvé en train de faire un tour supplémentaire. Cela nous a peut-être coûté la chance de monter sur le podium. C'est dommage de ne pas avoir été en mesure de garder le contact avec Felipe (Massa), mais ce fut néanmoins une course fantastique. Je me suis vraiment amusé. L'un des meilleurs moments a été mon combat contre Kimi (Räikkönen) ; avec lui, il faut toujours pousser jusqu'à la limite mais sans jamais la dépasser. J'ai vraiment aimé ça."
5e - Sebastian Vettel, Red Bull : "J'ai effectué un bon départ, mais dans le virage 4, je ne savais pas à quel point Kevin (Magnussen) allait être agressif et je lui ai laissé un peu trop de place. Je suis sorti large et j'ai perdu deux places car je ne suis pas parvenu à relancer toute la puissance à la sortie du virage. Ensuite, j'ai dû me battre très fort pour regagner ces places pendant la course ; nous avons réussi grâce à une bonne stratégie. J'espérais gagner une position de plus et terminer 4e, mais au final c'est un bon résultat pour nous ici."

6e - Fernando Alonso, Ferrari : "Au terme d'un week-end loin d'être facile, je suis raisonnablement satisfait du résultat de cette course car même si nous n'étions pas compétitifs, nous avons réussi à marquer de bons points. La dégradation des gommes était particulièrement élevée aujourd'hui, surtout pendant le premier relais sur la gomme tendre car elle a duré moins longtemps que nous pensions, vu le pelage. Lorsque j'ai dépassé Kimi (Räikkönen), mes pneus étaient plus récents que les siens car il était sur une stratégie à deux arrêts. Toutefois, après avoir réussi cette manœuvre, je devais économiser du carburant donc je ne pouvais plus attaquer. Il ne reste plus qu'une course à disputer cette saison et au plan du championnat des constructeurs, nous espérons garder McLaren derrière nous pendant la finale à Abou Dabi. En ce qui me concerne, je considère que je suis au rang que je mérite (5e dans le classement des pilotes, ndlr) car d'autres ont fait mieux."
7e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Dans l'ensemble, ce week-end fut positif et même aujourd'hui, j'étais très à l'aise dans la voiture. Pendant mon deuxième relais, j'ai réalisé que nous pourrions gagner du terrain si nous passions à une stratégie à deux arrêts. Mais lors de mon deuxième arrêt, j'ai perdu du temps précieux et cela m'a coûté des places. Pendant la dernière portion de la course, j'ai dû me battre contre Button pendant quelques tours et lorsque Fernando (Alonso) m'a rattrapé, j'avais trop de dégradation pour me défendre. Nous quittons Interlagos de bonne humeur et même si beaucoup de travail nous attend, cette progression constante m'inspire confiance pour l'avenir."

Classement GP du Brésil ici

Photos : Mercedes, Ferrari, Williams, McLaren