Hamilton gagne le GP d’Italie

Malgré un mauvais départ, Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d'Italie. Il a pris la tête en profitant d'une erreur de Nico Rosberg, qui finit deuxième.
Rude entre Ricciardo (Red Bull) et Räikkönen (Ferrari
Red Bull Racing

Poleman du Grand Prix d’Italie, Lewis Hamilton c’est compliqué la vie au départ en ce retrouvant seulement 4e après avoir manqué celui-ci, mais a remporté la victoire face à son coéquipier Nico Rosberg dans le temple de la vitesse de Monza.

Dès le premier tour, Rosberg crée un écart de plus d’une seconde par rapport à son dauphin. Il accentue son avance qui se porte a 3’’ après le 4e tour. Magnussen résiste à Massa qui, lui-même, se défend face à Hamilton. Le Brésilien trouve l’ouverture sur le Danois au cinquième tour ; Hamilton s’engouffre dans la brèche immédiatement. Un tour plus tard, une belle bataille oppose Hülkenberg et Bottas pour la dixième place, à l’avantage du Finlandais après son mauvais envol. Son coéquipier Massa, à la poursuite de Rosberg, signe le meilleur tour en course au même moment.

Mais au neuvième tour, le leader de la course tire tout droit au premier virage et perd deux secondes sur Massa, qui revient donc à deux longueurs. Cependant, au tour suivant, Hamilton attaque la Williams à l’extérieur du même virage et s’empare de la deuxième place : le duel entre les deux pilotes Mercedes à commencé.
Les temps sont difficiles pour Romain Grosjean, qui bataille avec la Marussia de son compatriote Jules Bianchi. Hamilton, lui, réduit l’écart sur son coéquipier, dixième par dixième : l’écart n’est que de 1,8 seconde au 14e tour. Bottas continue à remonter après son mauvais départ et prend la huitième place à Pérez, avant de s’attaquer à la Ferrari d’Alonso avec succès devant les tifosis meurtris, puis à la McLaren de Button : le Finlandais remonte ainsi à la sixième place.
Sebastian Vettel change de pneus au 19e tour et la plupart des pilotes l’imitent dans les tours qui suivent. Pendant ce temps Hamilton, remonte à 1,2 seconde de son coéquipier. Bottas continue sa remontée hallucinante en prenant l’avantage sur Magnussen.

À mi-course, Rosberg mène devant Hamilton (+1,6s), Massa (+12,2s), Kvyat (+23,9s, qui s’arrête quelques tours plus tard) et Vettel (+26,7s). Suivent Magnussen, Bottas, Pérez et Button.
Rosberg sous la pression de britannique tire tout droit au premier virage et cède la tête de la course à son coéquipier et pendant ce temps, Alonso abandonne au premier virage, victime d’un problème mécanique sur sa Ferrari, au grand désarroi des tifosi. L’Espagnol a accusé son premier abandon suite à un problème mécanique depuis 2009 lorsqu’il courait pour Renault. Il avait jusqu’ici à chaque fois terminé dans les points cette saison.
"C’était le système de récupération d’énergie, il a soudainement cessé de fonctionner", a expliqué le pilote Ferrari à son retour dans le paddock. "C’est dommage que cela arrive ici devant notre public. Cela ne se produit pas souvent mais ça arrive de temps en temps. Cela faisait longtemps que je n’avais pas dû abandonner suite à un incident mécanique, mais je n’y peux rien. Il faut maintenant se tourner vers le prochain Grand Prix."

Hamilton lui creuse l’écart sur Rosberg en signant les meilleurs tours de courses. La bataille fait rage entre Magnussen et Bottas pour la cinquième place, mais le Finlandais ne trouve pas l’ouverture. Les commissaires décident toutefois de lancer une enquête pour sa conduite trop virile selon eux et Il écope finalement d’un stop&go de cinq secondes.
Au 37e tour, l’écart entre Hamilton et Rosberg est de presque cinq secondes. Bottas trouve finalement l’ouverture sur Magnussen et rejoint le top 5. Il s’attaque ensuite à Vettel, sur qui il a deux secondes de retard, et qu’il dépasse quelques tours plus tard. Une autre super bataille voit Pérez conserver sa 7e place face à Button. Ce dernier est dépassé par Ricciardo dans la foulée. L’Australien prend ensuite l’avantage sur la Force India, puis sur la McLaren de Magnussen.

À dix tours de l’arrivée, l’écart est stable entre les Mercedes : Rosberg a 4,5 secondes de retard sur Lewis Hamilton. Comme cela semble être une habitude, Ricciardo prend l’avantage sur son coéquipier Vettel pour la cinquième place.
Pour conclure, c’est finalement une victoire très importante pour Hamilton, qui réduit l’écart au championnat du monde, il se retrouve à 22 points de son coéquipier. Felipe Massa monte sur le podium pour la première fois de la saison. Bottas, Ricciardo, Vettel, Pérez, Button, Räikkönen et Magnussen complètent le top 10.

Classement GP d’Italie
1. Lewis Hamilton - Mercedes
2. Nico Rosberg - Mercedes - 3''175
3. Felipe Massa - Williams-Mercedes - 25''26
4. Valtteri Bottas - Williams-Mercedes - 40''786
5. Daniel Ricciardo - Red Bull-Renault - 50''309
6. Sebastian Vettel - Red Bull-Renault - 59''965
7. Sergio Pérez - Force India-Mercedes - 1'01''171
8. Jenson Button - McLaren-Mercedes - 1'02''518
9. Kimi Räikkönen - Ferrari - 1'03''63
10. Kevin Magnussen - McLaren-Mercedes - 1'13''535
11. Daniil Kvyat - Toro Rosso-Renault - 1'21''184

12. Nico Hülkenberg - Force India-Mercedes - 1'22''606
13. Jean-Éric Vergne - Toro Rosso-Renault - 1'23''93
14. Pastor Maldonado - Lotus-Renault - 1 tour
15. Adrian Sutil - Sauber-Ferrari - 1 tour
16. Romain Grosjean - Lotus-Renault - 1 tour
17. Kamui Kobayashi - Caterham-Renault - 1 tour
18. Jules Bianchi - Marussia-Ferrari - 1 tour
19. Esteban Gutiérrez - Sauber-Ferrari - 2 tours
20. Marcus Ericsson - Caterham-Renault - 2 tours