L'USAP gagne son premier Paris (24-12) avec méthode et au sprint

La 38e confrontation entre Catalans et Parisiens n'a pas failli à ses devancières. Ce fut tout sauf un match amical de reprise. Très engagé qui valut par l'efficacité des trois-quarts Catalans et parisiens. Ratini, l'ailier fidjien, ex parisien fut l'homme du match. Il marqua et créa constamment le danger en seconde période.
Raphaël Carbou, le talonneur de l'USAP ouvre son compteur et celui de son équipe. En force, avec maîtrise.

PERPIGNAN (stade Aimé-Giral).- L'USAP bat le Stade Français : 24-12
Mi-temps 5-5.

Temps caciculaire, vent chaud du sud soufflant par intermittence, pelouse sèche et un peu bosselée, belle affluence : 5300 spectateurs

Pour Perpignan : 4 essais Carbou (17e), Faconnier (54e), Ratini (67e), Raynaud (79e), 2 transformations Potgieter (54e) et Séguy (67e).

Pour Paris : 2 essais O'Conor (22e), Camara (74e), une transformation Frish (74e).

Évolution du score : 5-0, 5-5 (mi-temps) - 12-5 , 19-5, 24-5 (score final).

LES ÉQUIPES

USAP : Farnoux -Pujol, Cocagi, Torfs, Bousquet - Selponi, (m) Écochard - Tau , Brazo, Château - Labouteley , Millo Chluski   - Boutemmani , Carbou , Mailau .

Sont entrés en cours de match : Mathieu Acebes, Christophe André, Berend Botha, Enzo Forletta, Jacques Louis Potgieter, Alipate Ratini, Alasdair Strokosch, Valentin Chapon, Sadek Degmache, Thibault Duffau, Samuel Faconnier, Vincent Hollet, Nicolas Lemaire, Pierre Lucas, Pierre Reynaud, Romuald Seguy, Kevin Tougne, Frédéric Gendre. 

STADE FRANÇAIS : Enser - Martial, Yobo, Millet, O'conor - (o) Steyn, (m), Bourharoua - Cerqueirza, Nicolas, Francis -Woki, Degiovani- Cittadini, Zavania, Melidize .
Sont entrés en cours de match : Gau, De Clerq, Alberts, Sekou, Dalvin, Frich, Arias, Camara, Fartass, Elansari, Hugena.

L'USAP s'est imposée logiquement grâce à la profondeur de son banc, grâce à une meilleure condition physique. 15 jours d'entraînement en plus, ça se voit.

L'USAP aurait dû faire la différence en première mi-temps sans une accumulation de fautes dans le dernier geste. Raphaël Carbou, l'acant Catalan le plus en forme, le plus utilisé, plus de 50 minutes, ouvrit la marque en force,
Le Stade Français égalisa juste après le premier break-water sur un essai de filou et en bout de ligne de Marvin O'Conor . Paris dominé dans les airs et sur l'envie s'en tirait bien.
Ce fut plus compliqué après le repos pour un Stade Français en phase de rodage. L'USAP est en avance. C'est logique, le championnat de D2 commence une semaine plus tôt que le Top 14. Alipate Ratini en profita pour forcer la note. Sur son couloir droit. En bout de ligne. Samuel Faconnier à gauche l'imita.

Djibril Camara en force remit un peu plus tard le Stade Français sur de bons rails, mais il n'y avait rien à faire. Bien aiguillé par un duo intéressant Duffau -Seguy, la 3e paire de demis Catalans, Pierre Raynaud, autre espoir du club enfonça le clou. Sur la dernière possession de balle de la soirée.

Les Catalans étaient endredi soir deux fois plus forts que des Parisiens à cours de forme. Et surtout deux fois plus pragmatiques. Le 24-12 au final est bien sûr de bon augure. Mais peut-être aussi en trompe l'œil. On en saura plus dans huit jours face aux Irlandais du Leinster.

Et quand on sait que l'USAP jouait sans huit de ses joueurs cadres forfaits pour diverses raisons, cette équipe-là a de la marge. Elle vient de lancer un message fort que Bayonne, son premier adversaire en Pro D2 dans deux semaines, a reçu sans surprise. Il sera dur aux adversaires de l'USAP de trouver fortune à Aimé-Giral.

D.J.