L'USAP sous le choc après le décès d'Alewyn Joubert

L'ailier sud-africain de l'USAP fut de la première finale de rugby disputée au Stade France, un samedi 16 mai 1998. Alewyn Joubert faisait partie des cadres. Il a marqué son époque avant de rebondir à Narbonne pour raccrocher ses crampons en Savoie. Son décès à 50 ans en a surpris plus d'un.
Alewyn Joubert sous le maillot sang et or.

Alewyn Joubert - il est né le 8 juillet 1967 à Riversdale, en Afrique du Sud - ne laissera que de bon souvenirs comme rugbyman mais aussi comme viticulteur car il aimait autant le ballon ovale que le vin. C'est vrai qu'il avait été un des acteurs principaux de la folle épopée de l'USAP en 1998, aux côtés des Benoît Bellot, Thomas Lievremont, son capitaine de route, Gérard Majoral, Jacques Basset, Alain Macabiau, et tant d'autres...sans oublier Paul Foussat son coach qui lui accorda toujours pleine confiance. Une finale manquée face au Stade Français de Vincent Moscato (7-32).

Il fut encore du match historique, le fameux quart retour à Gilbert-Brutus gagné (42-7) face au Castres Olympique de Thomas Castagnede où il signa deux essais. Ce fut le plus beau match de l'USAP à Perpignan. Sans oublier qu'il enleva à Dax, face à Clermont, le challenge Yves du Manoir en 1994.

À 34 ans, après avoir quitté Perpignan en 2000 pour rebondir à Narbonne durant deux saisons, il tournait la page, quittait Canet-plage pour la Savoie et changer de vie. Il avait réussi sa reconversion dans le vin.

Amoureux du Roussillon et de sa catalanité, c’est toujours à Canet-en-Roussillon qu’il venait se ressourcer en famille et revoir ses nombreux amis. C’est d’ailleurs grâce à ses amis Mauricette Aybar et Philippe Illes, de Bages, qu'il eut l'idée de rédiger au printemps 2017 ses mémoires et ses souvenirs au cœur d'un excellent ouvrage. Une magnifique histoire qui débutait par l’exil en Afrique du Sud de son ancêtre Pierre Joubert, natif de la Motte d’Aigues, en Provence, à l’âge de 24 ans après la révocation de l’édit de Nantes en 1688, pour entamer une nouvelle vie…

Généalogie, enfance, aventures, carrière sportive et professionnelle, amitiés, secrets intimes : ce roman haletant à n’en pas douter portait le titre de « Destins croisés » et était préfacé par Marc Lievremont avec la contribution de Jo Maso et Barend Britz, entre autres ! Ce livre respirait la fraîcheur, la sensibilité et l’humilité propre à ce fameux globe trotteur venu du pays des Springboks.
C'est une des nombreuses traces que nous laissera Alewyn Jouvert qui nous a quittés à 50 ans. Il nous manque déjà. Sa soudaine disparition a laissé aussi sous le choc, le club de son cœur.
À sa famille, à ses enfants, nous adressons nos plus sincères condoléances.

D.J.