CONFIRMATION / Dan Carter prêt à filer vers Kobe et le Japon pour se rapprocher de chez lui, de Christchurch en Nouvelle Zélande

Les rumeurs depuis plusieurs semaines de son prochain départ étaient bien fondées. Dan Carter va quitter le Top 14 pour rejoindre le Japon. Le double champion du monde All Blacks, champion de France avec l'USAP en 2009, souhaite se rapprocher de la Nouvelle Zélande
Dan Carter a tout gagné, il peut en fin de saison filer à la Japonaise.

Comme il nous l'avait laissé entendre au lendemain du titre de champion de France avec le Racing, au Camp Nou de Barcelone, en juin 2016, Dan Carter, double champion du monde (2011, 2015) avec les All Blacks, ne ferait pas la saison de trop en France. Du coup, c'est sans surprise qu'il a annoncé ce samedi qu'il quitterait le Racing 92 à la fin de la saison pour le Japon.



"J'ai vraiment vécu une formidable aventure ici mais il est temps pour moi de me rapprocher de la Nouvelle-Zélande. Là-bas, j'aurai juste un avion à prendre pour rentrer chez moi et les saisons de rugby sont bien plus courtes", a indiqué Carter, âgé de 35 ans, qui s'est engagé pour deux saisons avec le club des Kobelco Steelers, situé dans la ville de Kobe.
Il y retrouvera son ancien coéquipier chez les All Blacks, le demi de mêlée Andy Ellis.

Icône du rugby mondial, Dan Carter a été élu trois fois meilleur joueur du monde (2005, 2012 et 2015). Il est surtout le détenteur du record mondial de points inscrits en sélection (1.598 en 112 sélections).

"En 2015, quand j'avais signé au Racing pour trois saisons, je pensais vraiment que ce serait le dernier contrat de ma carrière. Mais cet été, après quelques bons matches en fin de saison et une bonne préparation, je me sentais bien physiquement et j'ai eu envie de prolonger", a expliqué Carter chez nos confrères de L'Equipe.

"J'avais eu des contacts au Japon en 2015 déjà et je les ai réactivés. Je ne pensais pas du tout que le Racing voudrait me garder. Et puis, au fil des discussions avec Jacky Lorenzetti et les coaches, j'ai compris qu'ils avaient envie que je reste, cela m'a surpris, et cela a rendu mon choix compliqué", répète -t-il avec envi.

Il avait surtout envie que ses enfants grandissent près de leurs grands-parents, de leurs cousins, qu'ils connaissent une enfance qui ressemble à celle que sa femme et lui ont eu la chance d'avoir.

"On on'a pas encore décidé s'ils vivront tout le temps au Japon avec moi ou en Nouvelle-Zélande... Ce qui a joué, aussi, en faveur du Japon, c'est que les deux prochaines années là-bas vont être riches sportivement parlant. Je suis très curieux de voir comment ce pays va monter en puissance pour la Coupe du monde de rugby, en 2019, mais aussi pour les Jeux Olympiques qui ont lieu un an après, à Tokyo. Quand on aime le sport, le Japon en ce moment, c'est un peu "the place to be"! Et on le comprend.

Après un titre de champion de France - son deuxième après celui avec Perpignan en 2009 - à l'issue de sa première saison au Racing en 2016, l'aventure de l'ancien All Black dans les Hauts-de-Seine a ensuite été marquée par les déboires extrasportifs.

L'affaire des corticoïdes d'abord - des traces avaient été retrouvées dans ses urines à l'issue de la finale de Top 14 de 2016 avant qu'il ne soit finalement blanchi - puis un contrôle en état d'ébriété au volant en février dernier qui avait sévèrement écorné son image. Souvent blessé cette saison, il n'a joué que quatre matchs toutes compétitions confondues pour le moment.